L’avis du dr Lionel AZAN:

La ventilation nasale reste un équilibre très fragile d’où l’intérêt d’un examen ORL systématique avant la réalisation d’une rhinoplastie. Effectivement, certains patients peuvent ne pas présenter de gêne respiratoire mais avoir une ventilation ou des nez qui sont à la limite de la normale avec des risques d’obstruction en fonction des modifications que peut apporter le geste opératoire. Ceci doit être précisé avant l’intervention par le chirurgien de façon à pratiquer des gestes qui vont rester modérés de manière à ne pas affaiblir certaines structures fondamentales de la ventilation nasale. La rhinoplastie moderne tant à préserver tous les supports du nez à savoir la cloison mais aussi les zones de la valve nasale, et donc, préserver la fonction de la ventilation nasale. Néanmoins, dans certains cas de nez très proéminents, très larges notamment dans les pointes très globuleuses, l’affaiblissement des cartilages de la pointe en vue d’affiner celle-ci peut déséquilibrer une fonction nasale et être à l’origine d’une gêne qui, soit se rétablira progressivement dans les 2-3 mois qui suivront, soit être à l’origine d’une reprise opératoire pour recréer des supports essentiels lesquels auraient pu être affaiblis durant la rhinoplastie.