L’avis du dr Lionel AZAN

En-dehors d’un âge trop jeune ou trop avancé, certaines pathologies peuvent contre-indiquer la réalisation d’une rhinoplastie ou d’une septorhinoplastie, à savoir certains troubles de la coagulation peuvent augmenter un risque hémorragique important durant l’intervention. Ces troubles sont dépistés à l’aide d’un examen biologique pré-opératoire. Par ailleurs, certaines maladies inflammatoires chroniques du cartilage ou de l’os peuvent effectivement contre-indiquer la réalisation d’une rhinoplastie ou d’une septorhinoplastie.
Certaines pathologies ont pour origine un déficit immunitaire comme certains diabétiques sous insuline ou HIV très avancés ou autres. Elles peuvent augmenter le risque infectieux post-opératoire. Des troubles neuro-psychiatriques en cours de traitement tels une dépression ou un trouble de l’image corporelle appelé aussi dysmorphophobie peuvent se révéler être des contre-indications à la réalisation de cet acte. Dans certains cas, l’avis d’un psychiatre peut se révéler nécessaire afin de vérifier la santé mentale des patients et aussi de vérifier leur aptitude à subir ce type d’intervention et d’en assumer les suites opératoires. Tout ceci souligne l’importance d’une consultation pré-opératoire à la fois effectuée et réalisée par le chirurgien mais aussi par le médecin anesthésiste afin de contrôler la bonne santé physique et psychique du patient avant la réalisation d’une rhinoplastie ou d’une septorhinoplastie.