Si vous envisagez une rhinoplastie et que vous avez commencé à vous documenter sur le sujet, vous avez déjà pris connaissance de l’importance de l’épaisseur de la peau dans l’obtention du résultat final.

Rhinoplastie : la peau
Rhinoplastie : la peau

En fait le mot “peau” est une erreur, il faut parler du tissu de recouvrement nasal. Celui-ci est en fait constitué de 4 couches : la peau externe, la graisse superficielle, les muscles et la graisse profonde, le tout réalisant un lambeau plus ou moins épais qui recouvre l’architecture du nez faite d’os dans son tiers supérieur et de cartilage dans les deux tiers inférieurs du nez.

Par ailleurs, ce tissu de recouvrement est en général plus épais à la racine du nez, très fin au milieu (au niveau de la bosse) et souvent plus épais sur la pointe où la peau est souvent plus grasse.

La rhinoplastie consiste à modifier l’architecture du nez (os et cartilage). Secondairement, le tissu de recouvrement vient se repositionner sur cette nouvelle architecture. De sa qualité et sa possibilité à adhérer de façon intime à cette nouvelle architecture dépendra le résultat final.

1/ Rhinoplastie et peau fine

Une bonne rétraction du revêtement est nécessaire à l’obtention d’un bon résultat. Trop de rétraction (peau fine) peut engendrer des anomalies de cicatrisation.

Lorsque le tissu de recouvrement est fin, la possibilité de rétraction de la peau est importante. Il est alors possible d’envisager des modifications importantes du nez : recul de la projection, diminution de la largeur et affinement de la pointe.

Le résultat se met en place rapidement car l’œdème disparaît plus rapidement, et à 6 mois le résultat est déjà en place.

Néanmoins, la rétraction peut se poursuivre jusqu’à 12 à 18 mois, entraînant l’apparition de différents problèmes : visibilité de certaines irrégularités, asymétries, bosses résiduelles.

Dans les suites immédiates (les premiers mois), une peau fine entraînera plus facilement des phénomènes de rétractions des narines qui dans la majorité des cas s’améliorent spontanément. Les ecchymoses sont souvent plus marquées sur peau fine avec apparition de rougeur sur l’arrête nasale qui disparaîtra en 2 à 3 mois.

Quelles sont les conclusions pour le patient et le chirurgien de ces spécificités ?

Pour le patient, la bonne nouvelle est que, s’il le désire, des modifications importantes sont réalisables. Il devra néanmoins prendre soin de son nez, le masser et surtout le protéger du soleil jusqu’à disparition totale de l’œdème et des rougeurs.

Pour le chirurgien, il faut anticiper le problème d’une rétraction trop importante, opérer de façon soigneuse au contact des structures nasale pour garder un tissu de recouvrement intact et le plus épais possible, et aussi utiliser des matériaux de camouflage pour recouvrir d’éventuelles irrégularités.

Le chirurgien peut utiliser des greffes de cartilages écrasées en “dentelle”, de l’aponévrose temporale, du derme, des matrices dermiques acellulaires (alloderm, permacol…), de la graisse.

Les patients ayant déjà bénéficié de plusieurs rhinoplasties ont souvent un tissu de recouvrement très fin avec une fibrose importante. Les risques de dyschromies (modification de couleur de la peau) et de télangiectasies sont plus importants.

Les corticoïdes sont déconseillés dans les peaux fines. Par contre, les produits de comblements (acide hyaluronique) permettent des retouches simples et efficaces sur ce type de peau.

Quelques résultats sur peau fine

Rhinoplastie : résultat à 3 mois sur peau fine
Rhinoplastie : résultat à 3 mois sur peau fine
Rhinoplastie sur peau fine - importante rétraction
Rhinoplastie sur peau fine – importante rétraction
Rhinoplastie sur peau fine
Rhinoplastie sur peau fine

2/ Rhinoplastie et peau épaisse

Lorsque le tissu de recouvrement est épais (peaux grasses), il faudra rester prudent dans l’importance des modifications. En effet, si le chirurgien envisage un recul trop important du nez, le tissu de recouvrement a peu de chance de se rétracter suffisamment pour donner une jolie définition au nouveau nez avec un risque de résultat “grossier”.

Sur peau épaisse, l’œdème est souvent très important avec constitution d’un phénomène de contraction de la peau, responsable à terme d’une fibrose cicatricielle qui va rigidifier et épaissir le résultat. Le résultat se met en place de façon définitive en 12 à 24 mois ! Il faut donc prévoir de la patience.

Un corbin fibreux est fréquent dans les premiers mois du fait de la fibrose. En général, il régresse spontanément dans les 6 premiers mois.

Par ailleurs, certains nez à peau épaisse, les nez ethniques, présentent souvent des structures cartilagineuses faibles et molles. Il est souvent préférable de renforcer les structures par des greffes pour améliorer la définition du futur nez.

Quelles sont les conclusions pour le patient et le chirurgien de ces spécificités ?

Pour le patient, comprendre que des modifications importantes ne sont pas envisageables voire dangereuses, comprendre que le résultat se mettra en place en 12 à 24 mois.

La protection solaire, l’arrêt du tabac, des massages ainsi que la mise en place le soir de pansement compressif sur le nez aideront à la rapidité de la cicatrisation.

Pour le chirurgien, il faut être prudent dans le recul du nez, préférer le renforcement des structures du nez afin d’étirer au maximum l’enveloppe cutanée par des greffes de cartilages.

L’utilisation d’aponévrose temporale ou de matrice dermique acellulaire (alloderm, permacol…) facilite la cicatrisation et diminue le risque de fibrose résiduelle.

L’utilisation prudente d’injection de corticoïdes à partir du 2ème ou 3ème mois peut aider à la disparition de l’œdème et la résorption de la fibrose.

Quelques résultats sur peau épaisse

Résultat à 1 an - rhinoplastie sur peau molle et épaisse
Résultat à 1 an – rhinoplastie sur peau molle et épaisse
Rhinoplastie sur peau épaisse - renforcement des supports de la pointe
Rhinoplastie sur peau épaisse – renforcement des supports de la pointe
Rhinoplastie ethnique sur peau très épaisse
Rhinoplastie ethnique sur peau très épaisse

3/ Rhinoplastie et peau intermédiaire

Heureusement dans la pratique, la majorité des patients présentent un revêtement cutané ni trop fin ni trop épais facilitant la réalisation de la rhinoplastie et l’obtention d’un bon résultat.

La peau se rétracte correctement sans phénomènes de contraction.

Quelques résultats sur peau intermédiaire

Résultat à 6 mois - rhinoplastie sur peau intermédiaire
Résultat à 6 mois – rhinoplastie sur peau intermédiaire
Résultat classique à 6 mois sur peau intermédiaire
Résultat classique à 6 mois sur peau intermédiaire

EN CONCLUSION

Chaque type de nez présente des avantages et des inconvénients à une future modification.

Il est important de se faire opérer par un chirurgien expérimenté qui anticipera les précautions à prendre pour atteindre le meilleur résultat et vous informer clairement avant l’intervention du résultat à attendre et des différentes étapes à traverser.